BIENVENUE SUR NOTRE BLOG

Nature en ville : une utopie ou une nécessité ?

68 % de la population mondiale sera citadine d’ici 2050 contre 55 % aujourd’hui(1). Pour répondre aux besoins de notre population croissante, lui offrir un cadre de vie plus sain, plus écologique et baisser ses émissions de gaz à effet de serre, les villes doivent trouver de nouvelles solutions. La nature en ville est la clé. Il permet l’émergence des urbanismes durables de demain.

Ces considérations sont-elles récentes ? Quelles sont les possibilités actuelles ?

 

Pour végétaliser les immeubles, aménager des potagers urbains sur les toitures est une solution originale à la portée des entreprises.

 

I. Vers une ville nature et écologique
II. Nature en ville : le mur végétal d’Aix-en-Provence
II. Vincent Callebaut et l’architecture innovante pour la nature en ville

Vers une ville nature et écologique

Quelques mots d’histoire

Au XIXe siècle, la Révolution industrielle a engendré une urbanisation rapide et une minéralisation des espaces. La réflexion sur le rôle de la nature dans les villes a vite vu le jour, entraînée par les préoccupations hygiénistes, l’évolution des idéologies et les préoccupations environnementales.

 

Parmi les grandes figures prônant une végétalisation de la ville au cours des siècles, citons les architectes, urbanistes et artistes, Le Corbusier, Hundertwasser ou encore Patrick Blanc, le créateur du 1er mur végétal (1986). Tous préconisent d’introduire la nature dans le cadre urbain.

 

« Soleil, espace et arbres, je les ai reconnus comme les matériaux fondamentaux de lurbanisme, porteurs des joies essentielles. » Le Corbusier, 1941

Nature en ville 1

La nécessité de la nature en ville

Au-delà d’un aspect esthétique et d’une source de bien-être pour les populations, le végétal en ville est devenu une nécessité. Sous forme d’espaces verts ou directement intégré aux constructions, il a des incidences sur le climat et la pollution urbaine. Par ailleurs, il contribue à la préservation de la biodiversité en général avec la plantation de variétés indigènes et de plantes mellifères. Ces dernières attirent tous les insectes pollinisateurs. Elles sécrètent du nectar, du pollen, du miellat et de la propolis à partir desquels les abeilles font du miel. La nature en ville permet de réduire les îlots de chaleur en été et absorbe les particules fines. Un mur végétal, par exemple, participe à l’isolation thermique et acoustique du bâti.

 

 

La nature dans les villes en 2019

À l’heure actuelle, les villes verdissent lentement mais sûrement. Urbanistes, entrepreneurs paysagers, habitants, politiques, tous les désirent plus vertes et donc plus attractives.

 

Les collectivités territoriales s’impliquent tout particulièrement pour répondre à la demande croissante de nature des populations et à leur engagement en matière de développement durable. Jardins potagers sur les toits, sur les trottoirs, toits et murs végétalisés, infrastructures vertes, les projets se multiplient dont certains sont très innovants. Le simple verdissement doit être dépassé.

Nature en ville 2

Nature en ville : le mur végétal d’Aix-en-Provence

Pour ramener de la nature dans un quartier très minéral, le maire d’Aix-en-Provence a décidé d’installer en 2007 un immense mur végétal sur le versant sud du pont Max-Juvenal. Il a fait appel à Patrick Blanc pour le réaliser.

Avec 650 m2 sur 15 mètres de haut, il offre près de 20 000 plantes (30 à 35 exemplaires par m2). Au fil des saisons et de la croissance de la végétation, son aspect change. Il est une source de bien-être et de sérénité dans un espace public très futuriste.

Pour faire écho à ce bout de nature, un immense mur d’eau, le plus grand d’Europe, est installé sur l’autre versant du pont. Il est conçu par l’artiste Christian Ghion.

Vincent Callebaut et l’architecture innovante pour la nature en ville

Vincent Callebaut, architecte belge basé à Paris, multiplie les projets associant nature et constructions. Écoquartiers, immeubles autonomes, fermes verticales… Il imagine la cité écologique de demain qui misera sur la modernité et l’innovation tout en baignant dans le végétal.

Son dernier projet en cours de réalisation à Taipei est la tour Agora Garden. Elle s’érige en double hélice, tels les brins d’ADN, avec balcons et terrasses végétalisés. 23 000 arbres seront plantés qui pourront absorber jusqu’à 130 tonnes de CO2 par an. Avec son système de captage et de recyclage de l’eau de pluie, ses 1 000 m2 de panneaux solaires, elle est « un concept pionnier d’écoconstruction durable qui vise à limiter l’empreinte écologique de ses habitants », explique l’architecte. Elle disposera d’une certification BREEAM.

 

 

Architecture, urbanisme, infrastructures : la nature pénètre de plus en plus au sein des constructions et espaces existants et à venir pour répondre de manière innovante aux nouvelles problématiques urbaines. Sa présence limite et prévient les risques environnementaux pour préparer une ville de demain nature, réconciliée avec un écosystème fragilisé.

 

Nature en ville 3
Flora Concept toiture vegetalisee potager urbain